Saint-Tropez ... For Ever

Saint-Tropez ... For Ever

Philippe Candeloro fait fondre le public de la patinoire à Saint-Tropez

 

Article  - 19458820.jpg

 

Le patineur français en plus de son spectacle, a aussi fait preuve d'hmour, palliant ainsi les couacs du show. 

 

 

Blague potache, humour décalé, bagou insolent. Pas de doute, le public tropézien a bien reconnu le populaire patineur aux cheveux longs sur la place des Lices. Samedi après-midi, Philippe Candeloro, micro à la main, a présenté son nouveau spectacle de quarante-cinq minutes «Noël star dancing». Malgré quelques obstacles: une sonorisation crachotante, des coupures musicales, un projecteur qui a rendu l'âme en plein spectacle et une patinoire abîmée par les inondations, «une décoration naturelle», comme disait le médaillé de bronze aux Jeux olympiques d'hiver de 1994. Accompagné de danseuses en Michael Jackson, Catwomen ou Shéhérazade, Philippe Candeloro a suscité des cris d'admiration avec ses sauts périlleux, sa pirouette sur les genoux ou sa triple-boucle piquée. Passant de l'émotion au rire lorsque le D'Artagnan de la patinoire a embrassé successivement une dame du public et le maire du village, avec fougue. Une façon de briser la glace.
 


Questions à Philippe Candeloro, patineur : "J’ai souffert des moqueries"

Accoudé au café Milano, Philippe Candeloro, le patineur artistique très aimé des Français profite d’un moment de détente avant de présenter son spectacle Noël star dancing sur la patinoire de Saint-Tropez. Sa carrière, son livre...Le D’Artagnan de la glace se confie avec humour.

Parlez-nous de votre dernier spectacle Noël star dancing.
On l’a présenté la première fois à Paris, le 16 novembre. On enchaîne ballets et chants pendant quarante-cinq minutes avec la troupe de ma femme Olivia « Candeloro show company ». On doit éblouir les spectateurs, leur montrer ce qu’ils voient d’habitude à la télé. On tourne de ville en ville. Il faut s’adapter à chaque patinoire, sans décor ni jeux de lumière. C’est davantage de l’animation que du spectacle. A la fin, le public doit devenir mon public.

Quel regard portez-vous sur le patinage français?
Je trouve que la compétition garde un côté ringardisant. A l’époque, le public disait que j’avais  dépoussiéré cette image en étant original. Actuellement, il n’y a pas vraiment de patineur qui se démarque. Ce sport reste tout même populaire. J’ai quitté le monde de la compétition il y a deux ans. Je me suis débarrassé du côté technique qui m’obligeait à m’entraîner plusieurs heures par jour. Même si c’est ce qui m’excitait à l’époque. C’est un soulagement. J’ai beaucoup souffert des mecs qui disaient que je pratiquais un sport de nana. J’ai tout fait pour prouver que c’était viril. Dans mes animations, je continue à faire des sauts complexes. Les gens peuvent se dire “le père Candel a encore la pêche à son âge“!

Vous avez publié, en mai dernier, une autobiographie, à 40 ans?
Je n’étais pas vraiment enthousiaste car je viens de sortir un DVD qui retrace ma vie. Mais les éditions Solar ont su me convaincre. C’est, en quelque sorte, un livre confession. Je reviens notamment sur mes bourdes télé. Je continue mes spectacles mais je vais bientôt arrêter complètement le patinage.  J’aimerais que les gens gardent de moi l’image d’un Robert Hossein de la glace.    

 

Source : Cliquez ici



17/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres