Saint-Tropez ... For Ever

Saint-Tropez ... For Ever

La SNSM n'a pas les fonds pour acquérir un nouveau bateau

 
La SNSM n'a pas les fonds pour acquérir un no - 15872621.jpg
Une assemblée générale importante et essentiellement financière autour de l'acquisition future d'un nouveau bateau.
 
La Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) recherche sponsors et généreux donateurs afin de subventionner l'acquisition d'un nouveau bateau, indispensable à son activité de sauvetage en mer. C'est ce qui ressort de la récente assemblée générale qui a eu lieu récemment salle Louis-Blanc.

En effet, le président Georges Korhel a chiffré à 1,2 million d'euros la somme nécessaire pour l'acquisition d'un nouveau bateau. L'actuel a déjà vingt-trois ans. Sinon, étant placée septième station en liste d'attente, la section tropézienne devra attendre 2020 avant d'obtenir une nouvelle embarcation.

Appel à la générosité

« Si un ou plusieurs sponsors réunissaient la somme manquante aux économies réalisées par la station, pourrions-nous l'obtenir plus rapidement ? » A la question de Franck Boumendil, adjoint aux affaires maritimes et portuaires, l'amiral Jacques Meheut, délégué SNSM du Var, a répondu : « Parfaitement, ce fut le cas pour la Corse récemment ».

En attendant, le bilan financier dressé par le trésorier Jean-Claude Olivier fait apparaître une économie de 117 897,46 euros réservée à la future embarcation. Les dons s'élèvent à 29 217 euros et les subventions à 21 600 euros dont 1 800 euros de la ville de Saint-Tropez. Cela couvre à peine les frais engendrés, soit 6 000 euros de gasoil, 22 000 euros de réparations et 4 400 euros de frais d'entretien.

Un plan épargne-projet

D'où l'idée du « Plan épargne projet » afin d'inciter les stations à épargner autant que faire se peut et signer des conventions avec les municipalités s'engageant à verser annuellement une certaine somme dédiée à l'acquisition du bateau. Le but étant de parvenir en 2020 à économiser 300 000 euros.

Le bilan des activités mentionne 120 sorties dont 26 pour exercices, 19 lors des manifestations (bravades, voiles, Saint-Pierre…), et 62 sauvetages avec 161 personnes secourues.

Les équipiers à l'honneur

« Un bilan plus qu'honorable », a souligné le maire, Jean-Pierre Tuveri. Le président Georges Khorel a rappelé : « Si nous sommes 28 à porter le tee-shirt, force est de constater que seule une quinzaine de bénévoles se mobilise réellement ».

À ce titre mention spéciale a été faite par le patron François Schettino à Christian Fauret, désormais chef mécanicien.

Après les remerciements de rigueur à Alain Spada pour le soutien du conseil général, des équipiers ont été mis à l'honneur : Sophie-Anne Ansel, Roger Bozon et Christian Fauret ont reçu des mains de l'amiral des lettres de félicitations ; Hubert Henrenger, le diplôme d'honneur et Jean-françois Rabbiet l'insigne d'honneur.

Si « la vie n'a pas de prix », avec un coût de sortie estimé à 559 euros de l'heure pour chaque intervention et les risques encourus par les sauveteurs, l'on comprend mieux les préoccupations financières qui ont marqué cette assemblée et la recherche assidue de sponsors.

 

Source : Cliquez ici



04/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 36 autres membres