Saint-Tropez ... For Ever

Saint-Tropez ... For Ever

Municipales à Saint-Tropez: pour Jean-Michel Couve, "La ville s'est repliée sur elle-même"

Jean-Michel Couve veut montrer « de quel bois - 24214725.jpg

Lors de sa réunion, il a dénoncé les manquements de son principal « opposant acharné » et fait une ébauche de ses projets

Devant une foule composée de sympathisants, de curieux et de sceptiques, le député du Var Jean-Michel Couve a tenu sa première réunion publique dans le « vrai » cinéma de Saint-Tropez, La Renaissance.

Il est monté sur l'estrade en endossant son costume de candidat à la mairie de Saint-Tropez. Une vidéo de quelques minutes a été projetée au tout début de la réunion afin de donner des raisons de son nouvel engagement en commençant par un amer constat. « St-tropez s'est repliée sur elle-même » notamment, les « activités se réduisent l'hiver », le « chômage augmente» et la « fièvre immobilière» galopante.

« Travailler à la relance »

Les leçons de constat ? «Soutenir », les acteurs économiques, « rétablir le dialogue» et « travailler à la relance» de Saint-Tropez. Tout ceci dans le « calme » et dans un climat « serein», affirme-t-il. Et sans combats personnels.

Puis, l'ancien premier magistrat, à la tête des affaires locales entre 1983 et 1989 et ensuite de 1993 et 2008, explique le pourquoi de son non-combat pour 2008. Il évoque un « effet de surmenage » et de «stress » et explique que finalement, «je ne me suis pas senti sûr de moi». Il a donc, citant Pagnol, « laissé un peu mesurer les autres».

Dans une autre partie de son discours, il a distillé ses critiques à l'encontre de l'équipe municipale en place. Et il n'y est pas allé avec le dos de la cuillère expliquant que depuis qu' «il a été élu maire », il a tout fait pour «dénaturer les actions que nous menions ». Deux ans après, « la Semagest était sur le flanc», le programme événementiel s'est réduit comme « peau de chagrin», des « cadres municipaux» ont été « renvoyés », les finances communales sont à «l'agonie», la «délinquance augmente inexorablement».

Dilapider « le patrimoine »

Selon lui, la faute « inexcusable » imputable à celui qu'il ne nomme jamais, est celui d'avoir livré « une grande partie du patrimoine » aux « promoteurs privés ».

Justifiant son bilan, la dette a augmenté car « on a investi dans la pierre ».

Evoquant ensuite les constructions actuelles de logement dans le cœur de la ville où les «immeubles grimpent de façon vertigineuse», il a déploré des contrats réalisés « dans la plus grande opacité», qu'il n'y ait pas eu de « débat», de «commissions » et de « critères d'attribution », affirmant que lui l'avait fait pour le secteur Saint-Antoine, notamment.

Il a émis la volonté de vouloir réunir les maires de Ramatuelle et de Gassin pour trouver un accord sur les logements, notamment sociaux.

Expliquant que Saint-Tropez est tout à la fois « un village du monde » et un « lieu de mémoire », il a conclu sur son désir de voir la cité du Bailli peser un peu plus au niveau intercommunal.

Source : Cliquez ICI



04/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres