Saint-Tropez ... For Ever

Saint-Tropez ... For Ever

Salon de la mode et du design à Saint-Tropez...

 

La cité du Bailli bientôt capitale du « vinta - 16465077.jpg

 

Le 28 et 29 avril, la salle Jean-Despas sera l’épicentre de la mode des années 20 à 80.  Aux commandes de « Place du design Vintage », Véronique Miramond décrypte le phénomène

L'événement qui s'ancrera le 28 et 29 avril à Saint-Tropez (1) avec la création du salon « Place du design Vintage » devrait attirer l'attention des collectionneurs et amateurs de belles pièces. Si la co-fondatrice de « Massilia Vintage », Véronique Miramond, a changé l'appellation, afin d'éviter la comparaison avec la cité phocéenne, elle a aussi insufflé un esprit différent. « Ce sera une édition spéciale Saint-Tropez ! »

Car, selon cette spécialiste, la cité corsaire s'inscrit clairement dans cette veine, empreinte de nostalgie. « Le village est une véritable icône des années 60». Afin d'être fidèle à cette représentation, « nous nous sommes replongés dans la filmographie de l'époque:La piscine,Et dieu créa la femme. Ce qui nous a marqués, c'est l'aspect design, les différentes pièces que l'on retrouve dans chacun de ces films ».

« Des pièces d'exception ou difficiles à trouver »

Le salon, qui prendra ses quartiers salle Despas, fera la part belle au mobilier, luminaires et objets de la vie quotidienne, sur les années 20 à 80. Avec, comme porte-étendard de ces époques, les marques Knoll, Maison Prouvé, Charles Eames. Et les Scandinaves Arne Jacobsen et Verner Panton pour le mobilier des années 50.

Vintage (ou vingt ans d'âge) : un mot, des codes, un goût pour les choses anciennes, qui est devenu une mode assez récemment. « On peut dire que la grande mode du ''vintage'' a commencé dans les années 2000 ».

Mais, pour être estampillé « vintage », un objet doit avoir acquis un certain degré de notoriété et de reconnaissance :« Il faut que ces objets soient griffés ou numérotés, afin d'avoir une valeur. C'est pour cela que l'on a demandé aux 40 exposants, qui seront présents sur le salon, de proposer des pièces exceptionnelles, ou des objets difficiles à chiner », explique-t-elle.

Le retour des années 50

Au risque de voir s'envoler les prix ? « Il en faut pour tout le monde... et toutes les bourses, reconnaît l'organisatrice. On a prévu aussi des petites pièces pour que chacun puisse se faire plaisir ».Des robes seront proposées à des prix avantageux,créations de« couturières qui réalisaient sur mesure des vêtements inspirés des grands couturiers », tels Saint-Laurent, Courrèges ou Pierre Cardin.

Et, sans accessoires, un vêtement n'est rien. Aussi, un large éventail de lunettes et sacs signés des Maisons Hermès, Vuitton, Dior et Chanel. Des années 20 à 80, le rayonnement du design, représenté lors de ce salon, sera assez large.

Aujourd'hui, une époque se détache-t-elle auprès des collectionneurs?

« Il y a un grand retour des années 50, après un long moment autour des années 70 », dans le sillage des apparitions très esthétiques de Dita von Teese. « Si on regarde les défilés haute-couture, il y a de l'après-guerre, avec des robes près du corps, qui marque la silhouette. Ce qui plaît dans le "vintage", c'est la finition des vêtements : tout ce qui est confectionné à la main et le "Made in France''.»

Pour cette ex-spécialiste en archéologie orientale, regarder derrière soi n'a rien de négatif : « Je dois avoir un côté passéiste. J'ai toujours eu du respect pour les choses anciennes et qui traversent les époques. J'achète rarement du neuf. J'ai toujours aimé donner une seconde vie aux choses. »

 

1. Place du vintage, salle Despas ; le samedi 28 et le dimanche 29 avril, de 10 h à 19 h. Entrée : 4 et 5 euros.

 

Source : Cliquez ici



30/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres